omemef.fr

États Généraux de la Bioéthique : développons la culture palliative !

Les débats de la fin de vie

Nous tenons à saluer la tenue des États généraux de la Bioéthique, les Français ont à nouveau montré tout l’intérêt qu’ils portent aux sujets qui font notre société. L’évolution des techniques et les questions éthiques qu’elles suscitent, doivent s’inscrire dans un processus de réflexion long et serein afin de construire au mieux le monde que nous souhaitons pour demain.
Les Français ont fait de la prise en charge de la fin de vie, le second sujet prioritaire sur le site Internet des États Généraux de la Bioéthique avec 15 541 contributions. Malgré l’absence de rencontres portant sur la fin de vie dans l’ensemble des régions, dont l’Ile-de-France, 33 débats ont été organisés.

Un large consensus pour dénoncer une mauvaise prise en charge de la fin de vie

Les Français ont fait un diagnostic sévère de la prise en charge de la fin de vie. Que ce soit lors des échanges en région, sur le site Internet ou lors des auditions du CCNE, un large consensus est apparu : on meurt encore mal en France.
Les principaux points concernent :

  • Le manque d’accompagnement des personnes en fin de vie : plus de 90% des participants sont d’accord avec cette proposition sur le site Internet.
    La majorité des personnes susceptibles de bénéficier de soins palliatifs en France n’y ont pas accès (retrouvez les chiffres). Le Collectif francilien d’accompagnants bénévoles en soins palliatifs ainsi que de nombreuses associations dénoncent ce manque d’investissement. Il est urgent d’assurer l’accompagnement de toutes les situations en fin de vie !
  • Le manque de prise en compte et de connaissance des situations en fin de vie.
    La fin de vie concerne de nombreuses situations variées pouvant toucher tous les âges. Trop souvent réduite aux personnes âgées malades, la connaissance par notre société de la fin de vie et des souffrances physiques et psychiques liées à la maladie est insuffisante.
    Nous travaillons au quotidien à diffuser l’information mais sans réaction de nos institutions, notre regard ne pourra pas évoluer dans le bon sens !
  • Le besoin de faire connaitre et d’appliquer la Loi Claeys-Léonetti.
    La loi de 2016 a ouvert de nombreux droits en faveur des malades en fin de vie (retrouvez les dispositifs). Cependant, elle est encore trop récente pour avoir produit l’ensemble de ses effets. Surtout, elle n’est pas suffisamment connue par les citoyens, notamment concernant les directives anticipées et la possibilité de désigner une personne de confiance. Nous appelons de nos vœux son application et sa diffusion sur l’ensemble du territoire afin que tous les Français aient accès à leurs droits !

Les Français se sont majoritairement exprimés pour une réelle prise en compte de la fin de vie par notre société. Les solutions existent, il est urgent de les appliquer.

La participation aux États Généraux de la Bioéthique sur le thème de la fin de vie

Sur le site Internet :

  • 15 541 contributions
  • 214 346 votes
  • 14 754 participants

33 rencontres organisées avec les Agences Régionales de Santé

52 auditions du CCNE dont 3 sociétés savantes

 

 

 

admin7905

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *