omemef.fr

Faites vos jeux!

Véronique Comolet est bénévole d’accompagnement en soins palliatifs, elle partage quelques moments passés à la rencontre de l’autre, auprès des plus vulnérables. A la frontière de la mort mais pleinement dans la vie.

« Long comme un jour sans pain » – me répond Monsieur K lorsque je lui demande comment se passe son après midi.

Je lui propose de l’aider à passer le temps et saisis la chaise qu’il me désigne.

Les doigts jaunis de trop de nicotine, l’œil qui frise à l’arrivée de chaque visage féminin, monsieur K. est un amateur de vie et de sensations. Ici, il a choisi de rester dans son registre. Il plaisante avec chacune, gentiment, et a besoin de revivre tous les moments heureux de sa vie. Son terrain de prédilection, c’est le jeu.

En tous lieux, sous toutes formes, mais surtout d’argent.

– Toute ma vie j’ai été au service des autres. J’étais serveur dans des bars et des restaurants, et aussi portier de nuit dans les grands hôtels. Vous savez pourquoi j’ai choisi ces métiers?

J’imagine naïvement que c’est pour les contacts humains. Mais il semble que je n’ai qu’une partie de la réponse.
– Parce que ce sont des métiers qui me permettaient d’avoir de l’argent liquide. Et j’en avais besoin parce que je suis joueur. Un joueur invétéré. Je peux bien le dire aujourd’hui, j’ai passé toute ma vie à jouer… et qu’est ce que j’aimais ça!!

Monsieur K. part d’un grand éclat de rire en me regardant :

– Ha je vois ce que vous pensez !  Mais ne croyez pas ! Attention ! Le salaire c’était sacré ;  il était toujours pour la famille. Je le rapportais tous les mois. Mais pour le reste… Justement, tout ce que je touchais en liquide, les pourboires …Je jouais à tout. Cartes, poker, salles de jeu, courses… J’avais toujours de l’argent dans mes poches…

De ses longs doigts trop maigres, il fait mine de chercher dans les poches de sa veste déformée, et esquisse une moue… Peut-être espérait-il y trouver quelques pièces.

– J’ai beaucoup perdu, et un peu gagné. Ma femme n’aimait pas que je joue, sauf quand je gagnais. Alors là on faisait une sacré fête, et puis on partageait. Parce que j’étais comme ça moi ; grand seigneur !

Mais je n’avais pas d’amis. Quand vous jouez, il ne faut pas d’amis. Parce que sinon, ils vous demandent un billet par-ci, deux pièces par-là… Alors forcément un jour vous vous engueulez… En plus ceux que je voyais… Ils jouaient petit… Pff… deux euros. Qu’est ce que vous voulez faire avec deux euros! J’avais beau le leur dire, ils n’écoutaient rien. Quand on joue, il faut jouer gros. Moi je jouais très gros, comme ça quand je gagnais… Je gagnais très très gros! Ha quand j’y repense… C’était des bonnes sensations.

D’un coup d’œil, je ne peux m’empêcher de parcourir le contenu de sa table de nuit à la recherche d’un jeu de carte… j’aurais bien pris un cours avec lui !

– La prochaine fois que vous venez ici passez me voir, ma fille va m’apporter un jeu de carte ! Je vous apprendrai!

Il ne m’a jamais appris. L’homme gagne rarement contre le temps.

Véronique Comolet
www.vivantsensemble.com

admin7905

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *