omemef.fr

Quand l’argument économique devient un argument de l’aide médicale à mourir

Voilà un  article paru dans un journal canadien, qui présente l’intérêt de l’aide médicale à mourir avec comme argument principal qu’elle serait source d’économies pour le pays, en prenant pour exemple ce qui se passe en Belgique et aux Pays-Bas.

« Si les Canadiens adoptent l’aide médicale à mourir d’une manière et d’une envergure similaire à ce qui passe aux Pays-Bas et en Belgique, on peut s’attendre à une réduction des coûts de soins de santé de l’ordre de dizaines de millions $ par année», écrivent les auteurs de l’étude.
Pour eux, » la légalisation de l’aide médicale à mourir n’engendrera pas de coûts supplémentaires pour les Canadiens. Au contraire, le Canada pourrait économiser entre 34,7 et 138,8 millions de dollars ».

L’ASP fondatrice s’insurge contre cette vision purement comptable de la vie et s’explique :

À quand la communication sur les études qui montrent que les soins palliatifs et la lutte contre l’acharnement thérapeutique favorisent le bien être des personnes et de leurs proches et ont aussi un impact sur le vécu du deuil et ses conséquences en termes psychologiques, mais aussi médico- sociaux (arrêts de travail, dépression, maladies somatiques, risques suicides).
Défendons une approche humaniste et solidaire des personnes malades et des personnes en fin de vie, luttons contre une vision sordidement comptable du soin.

Nos anciens nous ont élevé, aimé, soigné, accompagné à notre tour quand ils sont malades ou en fin de vie de les accompagner, de les soigner, de les aimer.

Par Antonio Ugidos
ASP Fondatrice

admin7905

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *